C’est ma deuxième édition du Fitbit semi-marathon de Paris le 8 mars 2016. Cette année est particulière car je la cours sous les couleurs de RunChic.

Le Fitbit semi de Paris arrive dans la 8eme semaine de ma préparation pour le Marathon de Paris. L’objectif d’aujourd’hui est l’endurance fondamentale. Courir à un rythme lent sur une longue distance.

C’est la première sortie longue dans le cadre mon plan. En effet, je dois courir mon semi-marathon à 75% de ma fréquence cardiaque maximale (FCM), soit une allure environ de 6 minutes par km.

Levée 5h30 pour le petit-dej classique de course (pain complet, céréales muesli avec du fromage blanc, une banane et un café). Je prends le temps pour me préparer. Je ne suis pas du tout stressée car c’est une sortie dans le cadre de mon programme et non une future quête de record personnel 🙂

La météo s’annonce ensoleillée mais il fait froid. J’arrive sur l’esplanade du château de Vincennes. L’organisation est  la même que l’an dernier. Je retrouve assez vite mes repères (vestiaires, WC, SAS de départ). Je dépose mes affaires aux vestiaires et me rend au point de rdv RunChic, à côté des lettres Parc Floral. Quelques minutes de papotage, une photo souvenir d’avant-course et je prends la direction du SAS de départ. J’ai opté pour le SAS 1h45 car lors de mon inscription, je voulais me tester et pourquoi pas tenter de m’approcher de ce fameux palier 1h45.

J’ai hésité entre courir ce semi au rythme imposé dans le cadre de ma préparation marathon ou alors tenter de faire un chrono et m’approcher des 1h45. Autour de moi, certaines coureuses du marathon de Paris en avril prochain comptent faire un temps. De mon côté, j’ai peur de trop solliciter mon corps si j’essaie de faire un temps sur le semi et ne pas pouvoir bien assurer les entrainements qui suivront la semaine d’après. J’opte pour le respect d’allure dans le cadre de ma préparation marathon.

Après un court échauffement par les traditionnels coachs d’Urban, je m’élance pour 21,1km au cœur de Paris.
Tout au long du parcours, je suis attentive à bien respecter l’allure imposée soit environ 6 minutes par km. Pour cela, je consulte très régulièrement (voire un peu trop) ma montre Garmin. Je vois tous ces coureurs me doubler. J’ai tellement envie d’accélérer moi aussi… Mais non ! Ce n’est pas aujourd’hui qui compte, c’est le 03 avril prochain. Je dois être au top. J’aurai d’autres occasions de faire des semi-marathons et tenter la performance de 1h45. Par contre un marathon, peut-être que ce sera uniquement une fois dans ma vie. Je ne veux pas prendre le risque de gâcher ce moment !

Pour une fois, j’ai pris le temps de profiter de ma course sans la pression et l’obsession de la montre. C’était si agréable. Le parcours était le même que l’an dernier, roulant et agréable. J’ai testé les gels énergétiques Aptonia que j’utiliserai sur le marathon, un gel au 10km et au 17km.

J’appréhendais mon état à l’arrivée. C’est une sortie test. En franchissant la ligne d’arrivée, si j’étais épuisée au bout de 2h de course à un rythme lent, c’était mauvais signe pour moi. Et oui, il ne faut pas oublier que le marathon dure plus ou moins 4h …. donc le double de temps !

Le moment de vérité arrive… je franchis la ligne et me mets à marcher. Je suis en FORME ! Mes jambe tirent légèrement mais je ne suis pas fatiguée. Ouf.. me voilà rassurée pour la suite ! Je suis vraiment surprise par l’efficacité d’un entrainement en suivant un plan de préparation marathon. Mon corps est capable d’enchaîner et d’endurer des heures et des km en si peu de temps. Je suis bluffée.

Je récupère ma médaille et quelques ravitaillements. Je suis gelée à cause du vent qui s’est levé. Pour me réchauffer, rien de tel qu’un bon café sucré offert par l’organisateur en plus d’une banane.

Je suis contente car j’étais très régulière pendant ma course. Chrono officiel : 2h09

Rendez-vous l’année prochaine pour une performance, à moins que je ne prépare à nouveau pour le marathon de Paris 2017 😉

Et vous, avez-vous couru le semi de Paris ?

Publicités