Aujourd’hui jour pour jour, cela fait un mois pile poil que j’ai couru le fameux et redoutable  Schneider Electric Marathon de Paris en ce dimanche 06 avril 2016 !

Je ressens toujours la même émotion quand je repense à cette grande et belle journée, qui a marqué un tournant dans ma vie de femme et de runneuse. Comme on dit ne jamais dire jamais ! Etre marathonien peut arriver à tout le monde, à commencer par moi ! 😉

Cette grande et belle aventure de 42,195km doit être mûrement réfléchie pour être préparée au mieux et éviter les blessures tout comme les déceptions le jour J. Un marathon ne s’improvise pas ! C’est une épreuve de longue durée dans le temps, sur les km, sur le mental et sur le corps.

Pour ma part, il y a encore quelques mois c’était impensable pour moi d’être à la hauteur d’un tel challenge. L’an dernier, quand j’étais bénévole sur le Marathon de Paris 2015, j’étais en admiration devant tous ces « héros » déjà marathoniens pour certains et en devenir pour d’autres. Ces participants transpiraient la motivation et l’envie d’y arriver tout en laissant transparaître ce stress d’avant-course que je connais si bien. C’était hyper fort pour moi qui cours un semi-marathon en 1h51 et suis épuisée à la fin. Sur le marathon, on parle quand du double 21,1km x 2 = impossible ! Et pourtant…. Au fond de moi, ce matin-là je savais que j’allais m’y confronter un jour… Le dimanche 06 avril 2016 !

Bilan un mois après :

  • 3 semaines de récupération sans running
  • Une séance d’ostéo
  • 2 semaines de reprise à raison de 3 runs légers d’endurance fondamentale
  • 6 séances de natation
  • Reprise des apéros avec les copains (avec modération lol)
  • Une grande émotion à chaque fois que je rechausse mes baskets pour mes footings
  • Des souvenirs plein la tête
  • Une envie de prochain challenge

Pour en savoir d’avantage sur mon ressenti et mon retour d’expérience, je vous invite à lire mon post sur mon expérience inoubliable et magique du Marathon de Paris 2016.
Peut-être qu’il vous donnera des idées… 😉

Publicités