Chaque runner a ses petites habitudes : Running du matin ou du soir ! De votre côté, vous hésitez à tester le morning run ? Peut-être que mon avis  et mes conseils vous aideront à passer le pas 😉

Pour ma part, je suis à fond Morning Run et même Early Morning Run, c’est-à-dire, faire une sortie running très tôt le matin, avant d’aller travailler.

Au début de mes sorties running, je préférais y aller en fin de journée, après le travail pour profiter des derniers rayons de soleil et évacuer le stress de ma journée. J’adorais parcourir les quais de Seine en me sentant libre, en ne pensant plus à rien si ce n’est qu’à ma respiration et ma montre Garmin. Je ne comprenais pas cette envie de certains runners de se lever hyper tôt, sacrifier 2h de sommeil pour aller courir au saut du lit ! A la rigueur l’été je peux comprendre pour ceux qui souffrent de la chaleur, mais alors l’hiver… JOKER 😉

Et puis, un jour j’ai eu envie de tester un early morning run pendant une semaine où je finissais trop tard pour aller courir. Le réveil très matinal était difficile, j’avoue avoir un peu râler quand j’ai dû m’habiller. Début du run 6h30 place de l’Opéra Garnier, direction les quais de Seine (car les Tuileries n’ouvrent qu’à 7H15… trop tard pour moi hihi). Je m’étais fixée 1h de footing test. Sur le chemin du retour, c’était marrant car je croisais des gens pimpants en direction du boulot et moi en tenue de sport, transpirante, qui rentrais chez moi pour me préparer et repartir après. Une fois douchée et un bon petit-déjeuner avalé, j’ai ressenti une énorme sensation de bien-être que je n’avais jamais ressenti auparavant avec mes runs de fin de journée. J’ai retenté l’expérience du early morning run 2 jours plus tard et j’ai été conquise de nouveau.

Depuis ce jour, j’ai eu le déclic : le virus du running le matin. Je ne vous cache pas que se lever à 6h les matins d’hiver pour faire un footing d’1h est parfois démotivant en raison du froid et de l’appel de la couette. Mais avec un petit effort de motivation, le résultat est deux fois plus appréciable à la fin de sa sortie.

 

Les bienfaits du Morning run

Pour moi, c’est le meilleur moyen d’attaquer sa journée énergiquement, vidée de tout stress et prête à affronter les tracas ou activités quotidiennes. Je me trouve beaucoup plus en forme et tonique les matins où je me suis levée tôt pour aller courir, contrairement aux jours où je me lève à l’heure dite « normale ».

Mes moments préférés dans le Morning Run :

  • Profiter de Paris qui sommeille encore et de ses rues désertes
  • Assister au lever du soleil sur les quais de Seine, des couleurs magnifiques du ciel et des rayons de soleil qui viennent illuminer doucement les bâtiments aux abords de la Seine
  • Vivre au rythme ralenti de cette ville en perpétuelle mouvance sauf entre 6h et 8h du matin 😉
  • Croiser les quelques runners motivés comme moi et se sourire car on partage le même plaisir du run matinal
  • M’arrêter à la boulangerie sur mon chemin pour acheter du pain tout chaud pour mon petit-déjeuner récompense
  • Prendre une douche bien chaude suivie d’un bon petit-déjeuner complet pour encore mieux attaquer la journée

D’autre part, de nombreuses études médicales déconseillent de faire du sport tard le soir ou en début de soirée car cela peut être une source d’énervement. En effet, la pratique d’une activité sportive intense engendre la sécrétion d’hormones (noms des hormones) qui énervent et peuvent créer des troubles du sommeil. Je vous conseille le running le soir avec modération et si possible avant le diner 😉

Mon planning Morning Run de la semaine

Comme la plupart des runners, l’emploi du temps de mes sorties varie en fonction des objectifs de course à préparer. Lorsque je n’ai pas de plan de préparation en cours, je fais 3 à 4 sorties par semaine en fonction de mon planning, de la météo ET de ma fatigue !

En général, mes sorties se décomposent comme-ci :

  • Sortie d’endurance (entre 45minutes et 1h) = 1 ou 2 fois par semaine
  • Sortie de fractionné 30/30 ou une sortie d’endurance avec une série d’accélérations en fin de séances
  • Sortie plus ou moins longue le weekend en fonction de mon planning, durée entre 1h10 et 2h00
  • En option, une séance de natation pour remplacer la deuxième sortie d’endurance ou alors en supplément la semaine si je suis TRES en forme hihi


Conseils si vous courez à jeun

Courir à jeun permet de puiser dans les graisses l’énergie nécessaire à l’effort. Il est possible de courir le ventre vide, au saut du lit, par contre certaines règles sont à respecter pour votre santé :

  • Bien vous hydrater, avant, pendant et après l’effort
  • Un échauffement en douceur (quelques squats, un mini footing très doux) pour réveiller votre corps
  • Courir une heure maximum
  • Courir en endurance fondamentale
  • Eviter les efforts violents
  • Pas plus d’une fois par semaine
  • Partir avec une collation en cas de fringale
  • Bien s’alimenter après la séance pour reconstituer les réserves (pour ma part, je prends toujours un petit-déjeuner copieux avec tartines de pain, banane et/ou fromage blanc pour aider la fibre musculaire à se reconstituer)

Fractionner le matin

Même si il est préférable d’effectuer une séance de fractionné en fin de journée, il est possible d’effectuer une séance de qualité le matin au réveil. Dans ce cas, une collation devra être prise avant de partir courir (jus de fruit, 1 ou 2 tartines) pour ne partir sortir le ventre vide et en attendant un vrai petit-déjeuner en retour de séance. Prévoyez au cas où une barre de céréale, un morceau de sucre au cas où vous seriez en manque de sucre et pour prévenir les malaises si besoin.


Priorité à l’écoute de son corps

Je tiens à revenir sur la fatigue. Il est très important de s’écouter soi-même. Si votre corps commence à vous montrer des signes de fatigue, surtout ECOUTEZ-LE et RESPECTEZ-LE. Il vous le rendra bien. Faire semblant de ne pas l’entendre risque de vous causer des douleurs et parfois des blessures irréversibles dans les cas très graves.

Cette année, je suis bien placée pour le savoir car durant ma préparation-marathon de Paris, 3 semaines avant l’épreuve, j’ai commencé à ressentir une légère douleur au tendon d’Achille droit. J’étais si à cheval sur mon plan de préparation que je n’ai pas souhaité me reposer et supprimer une voire plusieurs séances si nécessaires pour me reposer. Au final, j’ai payé lourdement mon erreur car j’ai dû être forcée de m’arrêter 4jours consécutifs à cause de la douleur au tendon d’Achille devenue très prononcée. Progressivement, j’ai repris les sorties running mais j’ai supprimé toutes les séances de fractionné et les sorties longues, que j’ai remplacés par de la natation. Le plus éprouvant moralement n’est pas tellement la douleur ni la pause running forcée, mais plutôt l’angoisse de ne pas pouvoir finir mon premier marathon à cause de la douleur et du risque de claquage qui m’ont habité jusqu’aux derniers mètres de l’épreuve le jour-J !

Cette préparation marathon m’a fait prendre conscience que le corps a ses limites et qu’il faut en prendre soin.

J’espère que cet article vous aura donner envie de tester le Morning Run ou du moins d’y réfléchir 😉

Et vous, êtes-vous running du matin ou du soir ?

IMG_3205

Publicités