Cette année, cette édition de la course des 10km de l’Equipe ce dimanche 29 mai est particulière pour moi…

En effet, pour la première fois j’ai coaché 5 poulains formidables qui couraient leur toute première course de 10km. Quel honneur mais quelle pression pour moi aussi de les emmener jusqu’au bout hihihi.

Ils m’ont suivi tout au long de ma progression dans la course à pied, de mon premier 10km à mon premier marathon en avril dernier. Quoi de mieux que de pouvoir, à mon tour, les accompagner sur cette nouvelle expérience.

Avant le jour J, je leur ai expliqué le déroulé des étapes d’une course, du retrait des dossards en passant par les consignes jusqu’à la ligne d’arrivée. Double clin d’oeil pour cette course de l’Equipe car l’an dernier, je courrai aussi ma toute première course de 10km sur ce parcours que l’on s’apprête à fouler. Aujourd’hui, un an après je reviens marathonienne. Waow quand j’y repense… Vous pouvez (re)lire ici mon compte-rendu de la course des 10km l’Equipe 2015.

Mes poulains et moi sommes dans le SAS 54minutes. Je les ai laissé choisir mais je savais que c’était un poil ambitieux pour une première course. Une semaine avant, tous avaient réalisé l’enjeu et se sont ravisés en me donnant comme nouvel objectif 59minutes soit moins d’1h symbolique. OK pas de soucis, let’s do it !

Dimanche j’avais donné rdv à mes lapins à 8h30 sur la place de la République. Tout le monde était à l’heure. Nous nous dirigeons vers les consignes pour déposer nos affaires. Au passage, j’en profite pour remercier ASO pour cette organisation carrée et claire sur le départ et l’arrivée des courses.

La météo me faisait très peur avec une pluie orageuse annoncée pour le matin de la course. Quand je me suis levée pour prendre mon petit dejeuner à 6h, il a commencé à pleuvoir. Je m’étais conditionnée pour courir avec ma veste imperméable préférée et un débardeur en dessous mais le plaisir n’aurait pas été le même que de courir en tee-shirt. Par chance, la pluie n’est pas prévue pour la matinée. Nous allons réussir à passer entre les gouttes !

Une fois les affaires déposées, nous nous dirigeons vers le SAS de départ 54minutes. Nous entrons dans le SAS à 8h50. Heure du départ prévue à 9h30. J’ai toujours l’angoisse d’arriver trop tard et de me retrouver face à un SAS fermé. Vous me direz au pire ce n’est pas grave, je peux aller dans le SAS supérieur mais moralement je le vivrai mal et partirai dans de mauvaises conditions.

Les coachs Urban sont toujours au rdv pour mettre l’ambiance et nous échauffer. Mes poulains sont stressés car ils ont peur de « gêner » les coureurs du SAS 54minutes. Je les rassure comme je peux. Plus que quelques minutes avant de prendre le départ.

 

Nous nous rapprochons de plus en plus vers la ligne de départ. Aie Aie Aie la pression monte hihihi. Je vérifie le GPS de ma montre (indispensable pour maîtriser le chrono).

3..2..1.. c’est parti ! J’ai averti mes poulains que les coureurs partent vite au début de la course et que ce n’est surtout pas à faire. Partir trop vite c’est prendre le risque de se griller. Pour respecter l’objectif à atteindre, je me suis fixée une allure à ne pas dépasser soit 4’50 max du km.  Mes poulains me suivent bien même si la foule est relativement dense.

Je regarde très souvent ma montre, un peu trop à mon goût mais j’ai la pression hihihi. J’ai tellement envie de les emmener au bout et de respecter l’objectif ! Les 5 premiers km se passent bien. Deux de mes poulains sont à l’aise et partent devant en adoptant une allure plus rapide. Je reste avec un couple de potes. Lui gère bien sa course car il court de temps en temps. Du coup, je vais surtout driver ma pouline, qui va être en souffrance la deuxième partie de la course. Les faux plats montants vont être très difficiles à gérer niveau fatigue. Et c’est à partir de ce moment là que mon coaching entre vraiment en jeu. Je gère pour elle le passage au stand de ravitaillement, je la suis de très près. A la fin, le décompte des km est interminable pour elle. Ce sentiment me rappelle ma course des 10km l’Equipe l’an dernier. Les 2 derniers km ont été une souffrance terrible. La chaleur, les nausées, les jambes qui ne répondent plus… m’ont laissé faire un chrono de 48′ !

Du 5 au 8km, ma pouline s’accroche tant bien que mal. Je lui donne de l’eau et cours à côté d’elle. Ma mission est de faire en sorte qu’elle arrive au bout sans marcher et j’y crois ! En 59minutes ce serait le top mais l’essentiel est de finir. Je lui parle, lui fait penser à sa respiration pour que son esprit fasse un focus sur autre chose que la douleur.
Un conseil que j’applique quand je suis dans le dur « je revois de A à Z un épisode d’une série que j’adore ou les paroles d’une chanson ». Un truc plus facile : refaire sa semaine jour par jour.

Au 8km, je donne un gel énergétique à ma pouline. Ce matin, en préparant mes affaires j’ai anticipé et mis un gel dans ma poche au cas où. J’ai bien fait car il a bien servi hihihi. Allez plus que 2 et longs km ! Je décompte tous les 500m pour la motiver. Pour une fois le GPS de montre est raccord avec les bornes km de l’organisateur. En général, même si je déclenche ma montre sur la ligne de départ, j’ai toujours un décalage. Ma pouline n’est pas bien, l’envie de vomir l’envahit. J’aperçois la ligne d’arrivée au loin. J’ai un regain d’énergie qui la remotive aussi. Allez go go go on a fait le plus dur, c’est plus quelques mètres et une nausée qui vont nous arrêter !

Je checke ma montre, il nous reste un km et nous sommes dans les temps de l’objectif voire encore mieux !!! J’y crois, j’accélère et mon couple de potes aussi. Allez on donne tout. Je dis à ma pouline qu’elle sera tellement fière d’elle à l’arrivée et de ce qu’elle aura accompli que ça lui redonne un dernier jus pour une accélération. La ligne est là à 50mètres, on y presque ! Un dernier sourire aux photographes et …. voilà nous franchissons tous les 3 cette fameuse ligne. Je serre mon couple de poulains dans mes bras. Je suis si émue d’avoir accompagné ma pouline jusqu’au bout. J’ai réussi à l’emmener au bout d’elle-même et sans marcher. J’avoue, j’en ai les larmes aux yeux. Niveau fatigue, je suis autant épuisée qu’après un semi marathon. J’ai tout donné aussi hihihi

Petit check de montre : non seulement j’ai respecté l’objectif mais en plus je l’ai explosé !!!! 58’17  waowwwww SO PROUD !!!!!!!!!!

IMG_4134

Quelle belle victoire ! Maintenant direction le ravitaillement et… LA MEDAILLE !! Je suis déçue du ravitaillement nourriture de cette année. Nous avons eu droit à une demie banane, des crackers petits et durs qui ne donnent pas envie et des pates de fruits. Perso je ne suis pas très fan des aliments proposés, je voudrais bien des oranges et des pommes mais bon ce ne sera pas pour cette année. Passage ravito écourté, direction les médailles. Yes! Nous récupérons fièrement nos médailles, bien méritées ! C’est mon moment préféré dans une course. Quel bonheur de la passer autour du cou.

Je demande aux bénévoles où sont distribués les ponchos de pluie et ils me répondent que c’était avant le ravito de l’arrivée. Super encore un mauvais point ! J’ai raté les ponchos et il commence à vraiment faire froid. En même temps, je trouve bizarre cette réponse car aucun coureur ne porte de poncho. Encore une économie de l’organisateur qui avait parié sur la chaleur et le beau temps comme l’an dernier…

Nous rejoignons le reste de mes poulains. Je suis fière d’eux. Tous ont reussi et sont allés au bout. J’ai adoré cette expérience humaine et sportive privilégiée. J’ai ressenti autant d’émotions qu’en franchissant la ligne d’arrivée de mon premier semi-marathon ou de mon marathon. L’exploit sportif n’est pas uniquement dans la performance de son chrono. Aider grâce à des conseils et accompagner les autres dans leur dépassement de soi est génial. C’est ce qui m’a motivé et donné envie de franchir le pas et de lancer mon blog running « Emma dans les starting blog ». La diversité des avis et conseils running est essentielle pour se forger sa propre opinion et expérience personnelle.

Je recommencerai sans hésitation un coaching sur une course de 10km voire pourquoi pas sur un semi-marathon. Pourquoi pas également un jour être meneur d’allure sur une course de 10km. Des idées sportives à mûrir 😉

Et vous, êtes-vous satisfaits de vos objectifs de ce dimanche ?

IMG_4143IMG_4150

Publicités