Qui n’a jamais paniqué en entendant des termes running inconnus voire incompréhensibles comme V02 max, VMA, FCM… et j’en passe ? 😉

Comme nombre d’entre vous, la première fois que j’ai lu et entendu ces termes assez « barbares » je dois avouer que j’étais perdue face à ce vocabulaire running pointu. Moi jeune débutante dans la course à pied, j’avais beaucoup de mal à déchiffrer les informations que l’on me donnait ou que je lisais quand je me documentais.

Si toi aussi tu te reconnais dans cette situation, pas de panique, j’ai la solution pour toi ! Voici un lexique des termes fréquemment utilisés dans le jargon du running et dont vous pourrez vous servir à votre tour un jour 😉

Lexique ou petit dictionnaire à (re) lire et retenir :

  • 30/30 = séances d’entraînement pratiquées en VMA (Vitesse Maximale Aérobie) – alternant une course de 30 secondes courue à 100% (environ) de ses capacités VMA et une période de 30 secondes de retour au calme effectuée en trottinant.
  • Acide lactique = substance produite par les muscles lorsque l’organisme est en manque d’oxygène. Une sécrétion trop importante d’acide lactique peut stopper toute contraction musculaire. L’acide lactique disparaît généralement une heure après l’effort ou dans le contraire génère des courbatures plus ou moins intenses en fonction de l’effort fourni et du manque d’hydratation.
  • CAP = Course A Pied = Running : tout simplement…
  • Contracture = est une crampe plus persistante dans le temps. La contracture se produit le plus souvent sur les mollets et les cuisses (avant, arrière).
  • Elongation = douleur vive dans un muscle déclenchée suite à un geste ou une série de gestes trop brutaux. Cette douleur nécessite un arrêt total de la CAP.
  • Fartlek = entraînement alternant phases d’efforts intenses (type fractionné) et phases de récupération, généralement réalisé dans la nature.
  • Footing = entraînement en endurance permettant d’optimiser la récupération entre deux séances de fractionnés par exemple.
  • FCM= c’est la Fréquence Cardiaque Maximale que l’on peut atteindre pendant un effort et correspond à la limite du système d’aérobie. On la détermine au cours d’un test d’effort maximal lui aussi.
    Une formule simple pour calculer sa FCM : l’équation 220 – l’âge.
    Exemple : pour une personne de 25 ans, la FCM est 220 – 25 = 195. Attention, il arrive souvent que cette formule ne corresponde pas à la réalité.
  • Fractionné =entrainement durant lequel le coureur répète des séries d’efforts d’intensité importante (en VMA, FCM) suivis de moments de récupération. Le fractionné est souvent pratiqué sur piste d’athlétisme.
    Exemple : 8 x 400m allure 10km avec 200m de récupération entre chaque. Cet entrainement très physique est redouté par beaucoup de coureurs, à commencer par moi 😉
  • Glycogène = c’est le sucre stocké dans le foie et les muscles qui permet aux coureurs de maintenir un effort sur la durée. Ce carburant est formé grâce à la consommation de glucides (riz, pommes de terre, pâtes, céréales, fruits…). Pour un marathon, la réserve de glycogène doit être optimale pour tenir l’effort sur plusieurs heures.
  • Négatif Split = stratégie de course qui consiste à effectuer une deuxième moitié de parcours plus rapide que la première.
  • Préparation physique générale (PPG) = séries d’exercices de renforcement musculaire indispensables pour accompagner l’entrainement d’un coureur : abdominaux, dorsaux, fessiers…
  • Préparation physique spécifique (PPS) = séries d’exercices de renforcement musculaire influent directement sur le coureur : travail du pied, de la foulée…
  • Seuil = l’entraînement au seuil consiste à enchaîner des efforts courus entre 80 et 85% de la VMA, indispensable pour habituer l’organisme à durer dans l’effort.
  • Syndrome de l’essuie-glace = C’est LA blessure du coureur ! Une inflammation du tendon situé sur la face externe du genou. Pas de panique : soins et renforcement musculaire en viennent à bout rapidement si le diagnostic n’est pas trop tardif
  • VMA = Vitesse Maximale d’Aerobie :  c’est la plus grande vitesse que vous êtes capable de maintenir plusieurs minutes (de 4 à 8 minutes selon votre niveau de performance). Vous atteignez alors vos capacités les plus élevées de consommation d’oxygène. Différents tests sur terrain sont possibles pour déterminer sa VMA. Je vous conseille de le faire lors de sessions de groupes organisées par des clubs d’athlétisme. J’avais fait le mien avec Urban Running.
  • VO²Max = le Volume Maximale de consommation d’Oxygène (O²) est la consommation maximale d’oxygène par l’organisme pendant un effort intense. Pour obtenir le maximum de rendement en VO² Max, il faut s’économiser lors de course. En effet, votre capacité à maintenir votre VMA le plus longtemps dépendra aussi de votre dépense d’énergie. Autrement dit, plus votre geste sera économique en terme de dépense d’énergie, moins vous fatiguerez rapidement.

Voilà les runners, j’espère que ce lexique vous aidera.

Vous serez maintenant incollable côté Running !! hihi 😉👍

IMG_3152

Publicités