Dimanche 5 octobre, pour la deuxième fois je prenais le départ de la course des 20 km de Paris avec la team TomTom.
Cette course est particulière pour moi car en octobre 2014, ce fut ma TOUTE PREMIERE course officielle de « longue distance ». Pour (re)lire mon compte-rendu c’est ici  🙂 Quand je repense au chemin running parcouru, je me rends compte que notre corps est capable de grande chose !

Trêve de philosophie, revenons à la course.

Pour se préparer au 20km de Paris, le samedi 3 septembre TomTom avait organisé une session d’entrainement avec le Coach Fred Coelho et de repérage des 10 derniers km du parcours de la course.

La marque a l’habitude de rassembler une partie des participants pour un entrainement de préparation environ 1 mois avant la course. J’avais adoré le concept pour la course royale du château de Versailles en juin dernier. Pour (re)lire le compte-rendu de l’entrainement c’est ici puis la course c’est ici .

Je trouve ce moment très convivial car il permet de rencontrer l’équipe TomTom ainsi que les autres runners participants. Ce qui permet le jour de la course d’avoir une ambiance « familiale » et de se sentir bien et à l’aise, et donc d’être dans les meilleures conditions pour sa course 😉

Retrait du dossard

Je suis allée retirer mon dossard le samedi en fin de journée au village des 20km de Paris situé au champs de Mars côté école militaire. Invitée par TomTom, je me dirige directement vers la tente VIP de la marque pour retirer mon kit.

Avant, je déambule un peu dans le village et fais un repérage des marques présentes sur place. Je m’achète une crème Nok pour les pieds (indispensable pour bien préparer ses pieds pour un marathon et éviter les ampoules !!!) puis me dirige vers la tente.

IMG_8551.JPG

 

En arrivant, j’ai la chance d’apercevoir et de croiser Christelle Daunay sortant de la tente TomTom. Je ne suis pas trop adepte du « je peux prendre une photo avec toi » alors je luifais un sourire et me dirige vers Fred, le responsable presse de TomTom pour retirer mon dossard et mes tee-shirts. Mon kit 20km de Paris comprenait :
– un tee-shirt team TomTom vert, marque Errea (jamais testé cette marque)
– le tee-shirt officiel des 20km de Paris, marque Diadora (jamais testé cette marque). J’ai adoré le tee-shirt et le dessin imprimé dessus.
– un bracelet accès VIP village
– une barre énérgétique Apurna
– un petit sac bleu ciel 20km de Paris pour tout mettre dedans
– mon dossard évidemment !!
Pour mon dossard, j’avais choisi SAS 1h45 mais j’ai eu de la chance de pouvoir avoir accès au départ en SAS préférentiel 2.

Je tenais à dire que j’ai adoré la communication print des 20km de Paris de cette année avec les paresseuses. J’ai trop rigolé avec les affiches dessinées exposées dans le village, retrouvés aussi sur le tee-shirt. Médaille aussi très sympa. Bravo pour cette originalité !

 

Me voilà équipée, rdv le lendemain à 8h30 même lieu !

DEROULE DE LA COURSE

Le rdv était à 8h30 à la tente TomTom. Il faisait extrêmement froid ce matin-là, environ 6 degrés. J’ai terriblement hésité entre courir en tee-shirt ou à rajouter en dessous une sous couche manches-longues. Le problème était qu’à partir de 10h il ferait soleil et 10/12 degrés soit un temps trop chaud pour les 2 couches.

J’opte pour le tee-shirt mais j’étais morte de froid pendant l’échauffement vers 8H30-9h. Avant de me diriger vers le SAS, je décide de rajouter la sous couche manches-longues sous mon tee-shirt.
Un échauffement collectif est proposé pour nous mettre en forme et nous réchauffer avant la course. Je le fais légèrement car j’ai mal au genou et je veux le préserver au maximum pour la course. Mes douleurs au genou gauche avaient déjà commencé depuis 3 jours.

Il est 9h, l’heure de se diriger vers le SAS de départ avec tous les partants dans le SAS préférentiels. Nous sommes uniquement deux filles, Estelle Denis et moi-même parmi tous ces garçons hihihi
Ayant suivi l’actualité running d’Estelle pendant quelques temps, je me souvenais qu’il y avait deux ans elle avait fait 1h45 sur les 20km de Paris soit un bon chrono. Je lui demande son objectif sur cette course et me répond qu’elle ne s’est pas beaucoup entrainée et qu’elle vise dans l’idéal 2H. De mon côté, dans le cadre de ma séance de préparation marathon, j’ai aussi prévu de courir les 20km de Paris en 2h avec des variations d’allure. J’ai déjà fait une entorse à la règle avec le semi de Disney début septembre, que je paie cher avec mon genou malade, alors stop, STICK TO THE PLAN !

Notre objectif chronos étant le même, je propose à Estelle de courir ensemble et de l’accompagner. Ravie, elle accepte. C’est cool une nouvelle expérience de lièvre sur une course après les 10km de l’Equipe en juin dernier. Pour ma part, ça m’obligera aussi à ne pas accélérer et respecter l’allure pour faire 2h d’entrainement.

Le temps est idéal, soleil et chaleur. Zut, je commence à avoir trop chaud à 5minutes du départ. Une petite photo avec mes copains team TomTom. Impossible de courir avec eux car trop rapides pour moi… Alors une photo c’est mieux hihihi

IMG_8124.JPG

LA COURSE

L’avantage d’être en SAS préférentiel, c’est que l’on part dans les premiers. Avec Estelle on avait peur de se faire pousser et de vraiment gêner les coureurs du SAS. Du coup, nous nous sommes mis sur le côté du SAS pour partir. Ce n’est pas dans mes habitudes de choisir un SAS vraiment en dessous de capacités et de gêner les autres. Je déteste tellement les coureurs qui font ça que je fais toujours attention à ne pas être la tortue parmi les lièvres.

Et c’est parti !

A cause des attentats, le tracé des 20km de Paris fut modifié. Le départ est toujours au pied du Trocadéro mais au lieu de remonter vers Porte Maillot, nous empruntons directement les quais de Seine pour récupérer le rond-point de l’Etoile puis le Bois de Boulogne, pour récupérer les quais de Seine jusqu’au Louvres puis passer côté rive Gauche, côté musée d’Orsay, quais de Seine jusqu’au pied de la Tour Eiffel et arrivée.

Avec Estelle nous partons sur un rythme de 6min/km. Nous sommes régulières sur les 8premiers km environ avant d’accélérer entre 5min30 et 5min45. Depuis le semi de Disney, à chaque ravito je m’arrête pour boire ET manger. Avant je ne mangeais jamais sauf mes gels pris sur moi. Depuis le marathon, je me rends compte que je ne supporte pas les gels, qui me donnent une nausée terrible. Sur le semi de Disney, j’ai testé de manger des barres de céréales, fruits secs ou bananes et ça me réussit vraiment bien.

Sur la course des 20km de Paris, à chaque ravito je buvais et mangeais une ou deux figues séchées. J’habitue mon corps à manger solide pour le marathon. Tout se passait bien, les jambes et le cardio répondaient bien. Au 9km, dans le Bois de Boulogne, le genou se réveille et la douleur sur la rotule se réinstalle. Je vais avoir mal jusqu’à la fin de la course. Pour me soulager je cours sur l’avant du pied. Je souffre beaucoup dans les descentes de tunnels. C’est comme si on m’appuyait super fort sur un bleu que j’avais sur l’os du genou.

Je suis désespérée car je suis à 6 semaines du marathon de Nice Cannes… Si j’ai mal sur un 20km, comment vais-je faire sur un 42,195km ?

Estelle commence à montrer quelques signes de fatigue à partir du 15km mais elle s’accroche et me suit. Pour ma part, je suis en super forme mais très énervée d’avoir mal au genou. Le soleil est de la partie nous offrant un super panorama et une qualité de cadre de course magnifique.

Allez encore quelques petits km. Je regarde ma montre pour checker le chrono. C’est top, je vais emmener Estelle en moins de 2h à l’arrivée ! TomTom avait prévu une animation musicale très sympa et motivante vers le 18km sur le pont à traverser pour passer côté rive gauche et aborder les derniers km.

En observant les coureurs me doubler et allant chercher au bout d’eux-mêmes le chrono ou RP,  j’ai l’impression de faire une balade running pépère (même si j’ai quand même 19km dans les pattes à allure moyenne de 5’48min/km).
Il faut savoir aussi apprécier de participer à une course pour l’unique plaisir de profiter du parcours, sans recherche de chrono à tout prix.
Sachez que sur chaque course, vous ne pourrez pas faire RP systématiquement.

IMG_8151.JPG

Les 2 derniers km sont très durs pour Estelle. Je la tire et l’encourage comme je peux. Allez plus que 2petits km, on y est presque ! Pas question de flancher maintenant à 3 minutes des 2h… Non non non on ne lâche rien jusqu’au bout !
Estelle me suit de près et compte les mètres. Moi aussi j’ai hâte d’arriver et marcher car mon genou est douloureux. Ce n’est vraiment pas un plaisir de courir avec cette douleur. J’ai surtout très peur d’aggraver mon problème. Au fond de moi, je sais que je n’aurais peut-être pas dû courir autant pour me préserver mais j’avais vraiment envie de participer à la course des 20km de Paris avec TomTom !

Allez les derniers mètres sont là, on « accélère » légèrement et…. Hop c’est fini ! Nous franchissons ensemble la ligne d’arrivée. Un stop du chrono et surprise ! Chrono final de 1h56 ! C’est génial, objectif explosé et Estelle est ravie ! Moi aussi je suis contente, en pleine forme, mais boiteuse… 😦

Cette deuxième expérience de lièvre m’a permis de me rendre compte que j’apprécie vraiment accompagner une personne sur une course et l’emmener du mieux que je puisse à réaliser son objectif. Il est fort possible que je tente un jour l’expérience de meneuse d’allure sur une course.

IMG_8140.JPG

Une fois la médaille et le ravito d’arrivée (compote, pomme, eau, gâteaux bio) récupérés, nous nous dirigeons vers le village et la tente TomTom. Des crèpes et des glaces nous attendaient. Miam miam ! Je n’ai pas trop mangé car un brunch m’attendait une heure après. Une photo souvenir de notre binome de choc avec Estelle puis je me suis posée sur une table devant la tente en plein soleil pendant une heure. Un pur moment de bonheur pour récupérer de sa course.

J’ai fait la connaissance de Ronald Guintrange, présentateur BFMTV, très sympa et (évidemment) très adapte de course à pied et de trail. Il a aussi couru les 20km de Paris dans la team TomTom. Vous vous doutez bien que nous avions plein de choses à nous dire, surtout moi qui suis TRES bavarde hihihi

capture-decran-2016-10-21-a-12-53-57

BILAN

Pour résumer cette course :

– très bon moment avec TomTom
– parcours très sympa pour découvrir Paris, les quais de Seine et un passage dans la verdure au Bois de Boulogne
– j’ai un gros pincement au cœur quand le parcours des 20km de Paris reprend une partie du parcours du Marathon de Paris dans le Bois de Boulogne. J’étais tellement en souffrance sur cette partie-là en avril dernier… Et dire que je prendrai ma revanche en avril 2017 avec la team Compex 2017 ! J’ai hâte !

Rdv en octobre 2017 car jamais 2 sans 3 😉 !

Et vous, avez-vous couru les 20km de Paris ?

img_8468

 

Publicités