Pour la première fois, en tant que marseillaise de naissance, j’ai pris le départ de la fameuse course Marseille Cassis aux côtés du team presse New Balance !

Je m’étais toujours dit que je ne courrais pas Marseille Cassis tant que l’arrivée ne reviendrait pas sur le port de Cassis. Je rêve de vivre cette arrivée sur le port… Arrivée que j’ai vécue (par procuration) en tant que bénévole sur la course pendant deux heures aux côtés des coureurs. Mais bon… je me dis que ce n’est pas pour tout de suite le rechargement et que 2018 c’est l’ANNEE pour aller décrocher la médaille !

Quand New Balance m’a proposé l’aventure Marseille Cassis pour faire partie du team, je n’ai pas réfléchi très longtemps avant d’accepter !

Le rdv est donné le samedi matin Gare de Lyon pour Marseille.

Arrivés le samedi après-midi sur le village, nous avons retiré nos dossards et rencontrer la team athlètes de la marque. Un petit tour du salon et des exposants avant de nous rendre à l’hôtel.

img_8624.jpg

img_8619

Nous passons une soirée pasta sympa avant de rentrer pour préparer nos affaires pour le lendemain.

Concernant la préparation de mes affaires, Le soir, je vous avouerais que j’ai fait ce qu’il ne faut pas faire la veille d’une course, à savoir de courir avec un tee shirt ET un short neuf… hahaha

Bon ce n’est pas trop grave, ce n’est qu’un 20km 😉 En revanche, je ne ferai jamais ça sur un marathon.

img_8628.jpg

Au dodo à 22h30 car le réveil va sonner tôt et c’est le changement d’heure !

AVANT LA COURSE

Il est 5h45 quand mon réveil sonne. Je me prépare et descends dans le hall pour prendre le petit dej avec l’équipe.

Au menu :
un café, des tartines beurre/miel + 1 banane, comme d’hab.

A 7h on décolle de l’hôtel en direction du stade vélodrome pour déposer nos sacs aux camions consignes.

Une cohue pour déposer les sacs… Ce n’est plus la petite course marseillaise d’antan, limite je me croyais au semi de Paris. C’est beau de voir qu’aujourd’hui 20 000 coureurs participent.

Les coureurs se bousculent et sont stressés. Il faut savoir que les camions consignes sont numérotés au hasard alors que tout le monde y compris moi pense que c’est numéroté en fonction des numéros de dossards… Déduction logique car les camions sont stationnés par ordre croissant, reprenant les numéros des dossards.

img_8636.jpg

Raté ! Il me faut un petit moment avant de comprendre le fonctionnement. Le camion me remet une étiquette en 2 parties à coller sur mon sac de consigne et sur mon dossard avant de déposer mon sac.

Je prends la direction du sas du départ situé de l’autre côté du stade. Côté sécurité, tout est prévu. Au moins deux contrôles (sac + dossard) avant d’arriver sur la ligne de départ.

N’ayant pas fourni de justificatif de temps pour accéder à un sas en rapport, je suis dans le sas -2h. Ca ne change pas grand-chose, de toute façon je n’ai aucune idée de chrono en tête.

Je me mets dans la file d’attente. Equipée d’un tee shirt/short et d’un petit sac poubelle, j’ai super froid. Heureusement que l’on a prévu les sacs poubelles parce qu’en tee shirt/short en se gèlent ! Pas de soleil et un vent frisquet pour nous accompagner jusqu’au départ. Un coureur du sas préférentiel me file sa veste qu’il comptait jeter.

Je suis ravie ! J’ai enfin chaud 😀

Je regarde les différents départs se succéder jusqu’au mien. Tout est très fluide malgré le nombre de coureurs qui s’élancent. Quand je me retrouve devant la ligne, je pensais avoir 5minutes à patienter avant de partir le temps de préparer mon ipod et lancer le gps de ma montre. MAIS NON ! En fait c’était le départ imminent, la tout de suite, direct ! Je reste bête et ne suis pas du tout prête !

Tant pis, je prends mon temps et reste avant la ligne le temps de préparer mes affaires. Je me suis faite surprendre hahaha. Et c’est parti !!!

img_8642


LA COURSE

Quelques minutes plus tard, je lance ma montre garmin 735xt et pars à la conquête de la Gineste !

45006070_1342992682501138_1474215363636887552_o

Ce que je redoutais arriva… un monde fou qui ne courrait pas du tout à l’allure qui me correspond. Je ne peux m’en prendre qu’à moi-même, j’aurais dû envoyer mon justificatif !

Je pars vite et me mets à doubler sans cesse et à relancer. Ce n’est pas une bonne idée de relancer sans cesse avant d’attaquer la Gineste… mais bon je dois avancer alors pas le choix, j’avance ! Tout en me ralentissant car c’est un faux plat montant en continu jusqu’au sommet de la Gineste…

Du 1km au 5km
Heureusement que l’avenue est large. Je suis trop contente de voir mon papa sur le bord de la route qui m’encourage. Je m’arrête pour un bisou et repars aussitôt. J’avais envie de rester plus longtemps mais la course d’abord les câlins après 😉 J’avais couru que 3km… lol

img_8734


Du 5km au 15km : ça grimpe !

A partir du 5km, j’attaque la partie montante. Ça y’est la course commence… Finie la rigolade. Je ralentis pour me préserver. Du 5km au 7km je ralentis mais ça passe. Par contre entre le 7km et le 10km je vais en chier grave ! Mon allure s’envole dans l’autre sens… Je plafonne à 7min/km. L’horreur. Je me bats pour continuer à avancer. Je ne veux pas marcher, non non non.

Dans ma tête je pense au trail et à tous les efforts en montée que je suis capable de gérer et endurer alors je ne vais pas flancher dans une montée continue en goudron.

Je suis agréablement surprise de voir que 90% des coureurs s’accrochent en courant. Tout le monde est dans le dur mais se bat pour arriver en haut du col.

45173268_1342988755834864_2309911605963390976_o

Le brouillard est présent dans la montée. Impossible d’avoir mes repères et pourtant je connais par cœur cette Gineste parcourues des centaines de fois en voiture.

A cause du brouillard, j’ai du mal à voir le nombre de virages qu’il me reste avant le sommet. Tous les virages se ressemblent. Dans ma tête je me dis « ça se prépare une course comme Marseille Cassis, c’est n’importe quoi Emma ». Mais quand je tourne la tête et regarde tous ces coureurs à mes côtés qui s’accrochent, j’ai un regain d’énergie qui me pousse à avancer.

Je venais ici pour vivre une aventure en équipe mais aussi sportive. Aujourd’hui, j’ai encore appris sur moi-même. J’avais peur de ne pas être capable de grimper cette Gineste. Elle me semblait si dure et inaccessible… Et pourtant… me voici en haut du col enfin !

45011816_1342987805834959_4536325804992233472_o

Je m’arrête au ravito avaler de l’eau et quelques abricots secs puis repars. Je marque un stop de 1 minute à chaque ravito pour boire et emporter un abricot sec. Il commence à faire chaud car le soleil est présent sur Cassis. J’attaque la descente à fond la caisse. Enfin je peux dégourdir les gambettes.

45022177_1342991322501274_8549964887609049088_o

J’aborde la descente rapide vers Cassis. Quelle vue magnifique sur la baie ! J’en oublie un instant mes douleurs et ma fatigue.

45043788_1342990589168014_6704988636808478720_o

 

Je galope le plus rapidement que je peux, tout en me relachant un maximum. La montée de la Gineste m’a quand même marqué…

45082957_1342988559168217_4830106090639196160_o

Jusqu’au 15/16km environ avant d’attaquer un nouveau gros faux plat montant qui nous attaque tous. Dur dur je ne m’y attendais pas. Je commence à avoir envie de vomir. Oh oh je commence à être dans le dur. Les 2 derniers km vont me paraître interminable. Je n’ai aucun repère de la distance à tenir jusqu’à l’arrivée. J’ai trop la nausée et suis complètement affaissée sur moi-même.

Mon gainage s’est envolé ou du moins le peu que j’avais. Y’a pas de secret, le gainage est essentiel pour un bon maintien et un minimum de tonus pour avancer et se tenir droit en courant surtout à la fin de course compliquée et intense physiquement.

Allez je m’accroche en levant la tête et profitant de l’ambiance et des encouragements des gens qui sont présents sur le dernier km. Ca fait du bien. Allez avance c’est bientôt fini MK6 ! Je ne pense qu’à cette fameuse arche d’arrivée ci-dessous…

45062820_1342992182501188_8030431126495428608_o

Je m’arrache une dernière fois en accélérant sur les derniers mètres et en foulant le tapis rouge de fin.

Enfin l’arche, yessssssssss finiiiiiii !!!!

Un chrono inespéré sans entrainement spécifique : 1h46 waowwwwwww j’en reviens pas !

 

Après avoir arrêté ma montre, je m’effrondre contre la barrière juste après la ligne. Je suis CRAMEE complet. Morte, en mode gerbito.
J’assure cette photo ci-dessous qui illustre bien mon état dead mortadelle.. Et je ne semble pas être la seule hahaha

img_8643

Puis j’avance doucement et croise un de mes potes dans l’espace. Génial ! Ça me remonte le moral de partager ce moment-là avec lui, où je ne suis pas très bien et me sens seule au milieu de tous ces coureurs. Comme quoi des fois on peut se sentir seule entourée de milliers de personnes.

img_8653

Je remonte l’arrivée vers les camions consignes situées à gauche du rond-point. J’ai un peu du mal à les trouver car ça manque un peu de signalétique. Je suis humide et hâte de me changer pour me réchauffer.

Je récupère ma médaille.. mon précieux 🙂

img_8659

Une fois mon sac récupéré, je retourne vers la ligne de départ pour regarder l’espace VIP reservé à New Balance. Un espace super sympa dans les vignes où tout le monde se retrouve pour partager son expérience de la course. J’adore ces moments d’après course. Que l’on coure plus ou moins vite, chaque ressenti est intéressant à entendre. Quand on m’a interrogé sur le mien, j’ai dit en souriant « MK6 c’est une course qui se prépare quand même ». La Gineste n’est pas si facile que ça à appréhender.

Vous me direz chaque course doit être préparée. Je m’y attendais à finir fatiguée mais dans le dur comme ça. Cela faisait longtemps que je n’avais pas fini cramée sur une course.

Une fois tout le monde arrivé, nous nous sommes dirigés sur le Port de Cassis pour aller déjeuner dans un resto privatisé par New Balance. La photo des finishers sur ce joli port de mon enfance que j’adore…

img_8694

Un resto très sympa avec toute l’équipe New Balance (la marque, les athlètes et nous). Un moment convivial qui clôturait ce beau weekend sportif et humain comme je les aime tant.

J’ai été raisonnable, j’ai opté pour un bon poisson frais miam miam

img_8678

Le resto fini, nous remontons toute la côte pour aller récupérer l’avant dernière navette de bus de 15h30  pour aller à Marseille. La prise des navettes est très loin de l’arrivée de la course, encore pire du port, on se perd un peu fautes d’indication et de signalétique. Je ne vous raconte pas à quel point les jambes tiraient dans la montée pour aller rejoindre les navettes.
Nous arrivons à 15h29, la navette est blindée (1 seul bus…) et le chauffeur nous dit de patienter pour celle de 16h30. Euh Mr nous avons notre train à 18H… Ca ne va pas être possible. Nous sommes plus d’une vingtaine de personne à attendre de celle de 15h30 enfin 16h30 du coup apres un peu de discussion, le bus accepte de partir à 15h50 au lieu de 16h30. On a été hyper serré niveau timing pour récupérer nos affaires à l’hotel à Castellane puis aller à la gare pour prendre le tgv de 18h.

Pour conclure

J’ai été ravie d’avoir couru mon premier Marseille Cassis aux côtés de la team New Balance, merci encore ! Je ne m’en cache pas, j’ai de la chance d’avoir accès à ces moments de partage et aventures sportives privilégiées. Moment qui fait plaisir aussi de vous partager comme je peux, et qui j’espère vous donnera envie de vous lancer !

POINTS POSITIFS :

  • Paysage vue mer et calanque magnifique (même si brouillard sur cette édition)
  • Parcours technique montant et atypique des autres semi ou 20km
  • Vague de départ très roulante et rapide malgre le nombre de coureurs
  • tee shirt et médaille sympa pour la 40eme édition
  • ravitos (nombres et qualités)

POINTS NEGATIFS :

  • Problème de numérotation des camions consignes (pas classés par numéros de dossards)
  • Les toilettes en plein milieu du flux des coureurs entre le sas de fouilles et l’acces aux sas qui créent de gros bouchons entre les coureurs qui vont au sas et ceux qui attendent pour aller aux toilettes. Pourquoi ne pas disposer ces toilettes sur le parvis de l’entrée du stade vélodrome en hauteur ?
  • L’éloignement des navettes retour pour Marseille du lieu d’arrivée de la course puis du port de Cassis
  • Pas assez de navettes de retour pour Marseille (1/heure ou 1/30minutes..)

 

img_8697

 

 

 

 

 

Publicités