Comme vous le savez, en septembre j’ai eu le plaisir de participer à ma première course à étapes en autonomie alimentaire dans le sable.

En effet, je suis devenue Finisher du half marathon des sables à Fuerteventura soit 125km. Si je me suis lancée dans cette folle aventure, c’est parce qu’au fond de moi, je voulais me tester sur un « petit » format pour voir comment j’allais réagir, si j’allais aimer, en gardant en tête LA course mythique qu’est le MARATHON DES SABLES.

Lorsque j’ai appris que l’événement proposait de participer à un voyage de presse court en courant la toute première étape, j’ai tout de suite « postuler ».

Partir en plein désert, sur LA course, aux côtés des concurrents et en plus faire la TOUTE première étape mais c’est GENIALLLL.

Le voyage de presse long était aussi possible mais comment vous dire que… C’est un peu TOO MUCH pour moi la hahahaha

Quand j’ai eu la confirmation que je faisais partie du voyage, j’étais trop contente. Ma première pensée qui a suivi était : PREPARER MON SAC.

Il faut savoir que même si je ne cours que la première étape, je suis en immersion totale comme tous les concurrents. C’est-à-dire que je dois avoir tout le matériel obligatoire et que je dors dans le bivouac aux côtés des concurrents.

Concernant la liste du matériel obligatoire, la voici ci-dessous :

IMG_2582

J’ai pu réutiliser mon sac à dos, mes guêtres et baskets, ainsi que certains accessoires conservés du Half MDS.

Même si la plupart du matériel était là, cela nécessite tout de même du temps et de l’organisation pour la préparation.

Alors si vous vous lancez sur cet événement, prenez BIEN LE TEMPS de préparer votre sac et pas à la dernière minute.

Mais reprenons les choses dans l’ordre pour revenir à ce weekend de ouf.

IMG_2592

VENDREDI : DEPART

Le vendredi 6 avril, j’ai rendez-vous à 6h20 à l’aéroport de Roissy. Notre vol affrété MDS est prévu à 9H20.

Quand j’arrive à l’aéroport, j’ai un petit pincement au cœur quand je vois tous ces sacs à dos jaunes patienter. Ah lalala on y est ça y est !!!!

Même si je suis un peu endormie, je commence à être surexcitée.

ASTUCE : SVP prenez votre sac à dos de course en bagage cabine… Si jamais l’avion perd votre bagage en soute, c’est fini la course pour vous et tous vos efforts de préparation de sac !!!

J’insiste SVP gardez avec vos toutes vos affaires de courses.

Je rejoins la team presse avec qui je m’apprête à vivre ce court séjour. Certains vont rester toute la semaine et faire le MDS en entier.

Je suis contente de retrouver des copains dont j’ignorais la présence. C’est cool les bonnes surprises comme ça !

Nous sommes 9 à faire partie de cette aventure. Je me sens privilégiée d’avoir la chance de vivre ce moment.

Les sacs déposés, direction la zone d’embarquement pour un café. Ça fait du monde à prendre l’avion 🙂

J’observe les coureurs, plus ou moins stressés. Certains font des blagues, d’autres sont déjà concentrés.

De notre côté, on opte pour la pause-café rigolade avant d’enfin embarquer.

2 avions complets décollent direction Ouarzazate !

C’est la première fois que je mets les pieds au Maroc.

IMG_2596

Après 3h30 de vol, nous débarquons sur le tarmac marocain. Un vent bien frais nous fouette le visage. Et là je me mets à moins rigoler… Dans mon esprit DESERT = CHALEUR ! J’ai pris plus de short/ tee shirt que de polaire/pull… Je commence à flipper parce que je suis hyper frileuse.

Au bout de 3h, nous passons enfin la douane. 3h d’attente debout pour obtenir le tampon.

Avant de prendre la route en 4×4 pour 5h de trajet. Et oui le bivouac se mérite !!

IMG_2605.JPG

Le périple : 6h20 – 19h30 (taxi / avion / 4×4 ou car pour les participants)

Une fois arrivée sur le bivouac, j’oublie en instant tout ce périple en assistant à mon tout premier coucher de soleil dans le Sahara.

Waow que c’est beau…. Le temps s’arrête…

IMG_2608

Nous posons nos affaires dans notre tente bivouac concurrents (pour 8 personnes) avant de nous diriger sur la grande tente pour le diner. Un grand buffet avec différents plats et féculents est proposé.

C’est bon et ça fait du bien de manger chaud car dehors il fait plutôt bien frisquet, avec ce vent glacé.

A 20h il fait déjà nuit noire. Après manger, nous reprenons la direction de notre tente pour se mettre au lit. En soit préparer ses affaires pour se coucher, ça a l’air facile, mais quand il faut retrouver toutes ces petites affaires de toilettes et de coucher dans sa valise à la frontale, ça peut prendre un peu de temps loool.

Une toilette de chat et mise en pyjama avant de me glisser dans le duvet.

Capture d’écran 2019-04-14 à 19.59.33.png

On discute tous ensemble, c’est marrant. On dirait une colonie qui se couche et découvre la vie en bivouac en même temps. C’est une des forces du marathon des sables : la convivialité par le partage et la découverte.

 

SAMEDI : PREMIERE JOURNEE

La nuit du vendredi au samedi a été extrêmement difficile. Le vent glacial a soufflé toute la nuit, la tente berbere ouverte des deux côtés faisait courant d’air. J’ai mis toutes mes couches chaudes d’habits sur moi, mon duvet recouvrant ma tête, jusqu’à ma couverture de survie deployée dans mon duvet mais rien y faisait.

Je n’ai pas dormi de la nuit tant je grelotais. J’ai réussi à fermer l’œil entre 6h30 et 8h30 lorsque le soleil s’est levé.

IMG_2653

Une nouvelle journée commence. Je me lève et me dirige vers la grande tente pour prendre mon petit dejeuner.

IMG_2620

Puis direction l’espace presse pour assister à la conférence de presse de lancement du Marathon des Sables, en présence de Patrick Bauer.

Nous prenons connaissance des infos clefs, des profils présents et du déroulé de la course. Vivement demain le départ de la 1ere étape !

IMG_2618

AGWY0162

Déjeuner de nouveau dans la grande tente avant d’aller préparer mes affaires et mon sac de course. En effet, le samedi c’est le jour de contrôle des sacs et du retrait du dossard. Le concurrent présente son sac de course avec le matériel obligatoire et remet sa valise qui l’attendra à l’hôtel.

IMG_2645

Je finalise mon sac en gardant des vestes chaudes. En effet, je préfère avoir un sac lourd mais mieux dormir la nuit du samedi.

Mon sac pèse 4,5kg sans eau et pour 2 jours… voyager léger je ne maitrise pas encore le concept… A savoir que certains ont des sacs de 5kg pour 1 semaine…

Marie-Jeanne est Responsable bénévole du bivouac concurrents depuis 25 ans… waow

IMG_2635

Puis, le diner s’effectue dans la grande tente avant de regagner le bivouac pour la dernière nuit et la veille de l’étape.

Un feu est allumé au centre du bivouac avec de la musique marocaine. Une partie des concurrents s’y retrouvent pour échanger avant d’aller au dodo.

Il faut être en forme pour demain et la semaine de dingue qui les attend !

IMG_2651

J’appréhende un peu la nuit mais nous avons rabattu un côté de la tente, le vent s’est calmé.

DIMANCHE : PREMIERE ETAPE 32,2km

Endormie vers 22h30, débout à 6h. Le bivouac s’eveille, les premiers feux s’allument pour faire bouillir l’eau pour le petit dejeuner. De mon côté, c’est Nescafé, pompotte et une barre de céréales. Pour une étape, ça va aller.

Il fait frisquet car le soleil n’est pas très chaud encore. Une fois le petit dejeuner avalé, je revets ma tenue de course. Je vais dans une petite cabine d’essayage prévue pour les filles à l’extérieur du bivouac pour pouvoir se changer.

Haut, short, manchons de compressions, guêtres et c’est GOOD.

IMG_2666

 

La toile de la tente est enlevée, nous préparons le reste de nos affaires en mode « manouche » lol

BIQJ8883

La tradition du MDS veut qu’on va une photo avec tous les concurrents en formant le numéro de l’édition, ici 34.

Capture d’écran 2019-04-14 à 20.02.08.png

Puis nous gagnons la zone de départ. Un brief technique sur le déroulé de l’épreuve, des difficultés possibles, d’infos diverses conclu par le lancement de la musique Highway to hell avant de s’élancer pour la première étape.

Capture d’écran 2019-04-14 à 20.00.46.png

Toute la team presse est réunie juste avant le départ. On s’embrasse tous pour se souhaiter une super belle étape. C’est trop chouette ! J’en ai les larmes aux yeux.

IMG_2671

Ce genre de moment me rend émotive parce que c’est beau cette solidarité et les belles rencontres qui en découlent.

IMG_2723

L’ETAPE 1 : 32,2km

C’est parti !

Sur l’étape nous allons rencontrer divers paysages : des dunes de sable, des sentiers caillouteux, des petites montées, 2 PC ravitos aux 11km et au 21km.

Au début de l’étape nous restons ensemble pour courir. Mon corps retrouve petit à petit son habitude du half Mds. Je me sens à l’aise avec le sac et le terrain. En forme, je décide de me détacher du groupe et de courir. Selon mon plan de prépa marathon, je suis censée faire ma sortie longue de 2h30 avec des séquences allures marathon. Loupé lol.

IMG_2681

Je me sens bien, je décide de courir tant que je peux. Mes jambes sont en forme. Je lève la tête et profite de ces beaux paysages désertiques qui m’entourent. C’est si dépaysant. Pas mal de participants marchent.

IMG_2686

De mon côté, j’ai appris à gérer mon effort entre marche et course. Avec un sac à dos de 6kg, ce n’est pas la même gestion d’effort, la même foulée. Je considère toujours la première journée comme l’étape de réglage et d’adaptation.

Plus les étapes vont se succéder, plus le sac s’allègera et meilleure sera votre gestion d’effort.

IMG_2683

Sur chaque PC, je prends du temps pour remplir mes gourdes et bien m’hydrater.

Sur chaque PC, l’organisation nous fournit 2 bouteilles d’eau de 1,5L.

IMG_2678

En repartant du PC, nous attaquons un long faux plat montant. Sur les abords du chemin, je suis surprise. Des dizaines de jeunes enfants sont là et nous interpellent pour nous demander des gateaux.

Sur 2-3km, aux abords de certains villages, j’ai pu rencontrer des dizaines d’enfants qui nous ont tous demandé des gâteaux.

Malheureusement ce n’est pas sur cette course que je me balade avec des gâteaux ou de la nourriture en rab. Bien au contraire.

J’arrive au PC 2. Je suis contente parce que je vais y retrouver un copain. Quand j’avais un petit coup de mou je me disais « allez avance pense à Thomas qui est au PC 2, tu y es presque ».

Parfois on trouve la motivation pour avancer avec peu de choses.

Arrivée au PC2, j’observe les coureurs. Certains commencent à avoir bien chaud. Il est déjà 13h et le soleil chauffe bien.

Je retrouve Thomas. Quelques blagounettes et ça repart. Je regarde ma montre, il me reste 11km. Facile ! En 1h15 c’est plié.

IMG_2628

Euh en fait je me suis un peu emballée… C’était plutot 2h que 1h15 parce que j’ignorais la bonne dernière partie dans les dunes ensablées avant d’arriver au bivouac.

Je cours tant que je peux car c’est une grande ligne droite.

L’arche d’arrivée se dessine au loin… C’est bientôt fini ! Et c’est un peu le souci. Je suis contente de boucler l’étape mais je sais qu’elle va marquer la fin de l’aventure. Je n’ai pas envie de partir.

BVWE7916.JPG

Je boucle l’étape en 4h55.

Toutes les bonnes choses ont une fin. Je décide de courir sur les dernières centaines de mètres car c’est plat. Me voilà arrivée. Un thé vert d’accueil est offert. Miam il tombe bien celui-ci.

IMG_2698

Je récupère 4 bouteilles de 1,5L qui me serviront pour le soir et le lendemain matin jusqu’au départ de la course, puis rejoint les copains à leur tente. Ils sont arrivés bien avant moi et sont en train de se reposer et de manger.

En regagnant leur tente sur le bivouac, je réalise qu’en fait la peur que j’avais de la promiscuité et d’être toujours les uns avec les autres, en réalité c’est tout le contraire. En échangeant avec les « expérimentés MDS », en observant, je me suis rendue compte que justement c’est ce mode la qui permet de créer des liens entre concurrents et de rendre exceptionnelle cette aventure.

En retrouvant les copains, j’avais trop hâte de se débriefer tous ensemble nos courses respectives, nos difficultés, de partager de la bouffe qu’il nous restait et de rigoler tous ensemble.

Une fois le repas fini, en fin de journée, il est temps pour moi de repasser du côté organisation. Le voyage de presse s’apprête à toucher à sa fin. Je vais récupérer ma valise, prendre une douche et retirer mon dossard.

J’ai un pincement au cœur en quittant le bivouac. Et oui, je n’ai pas envie de partir maintenant mais il faut rentrer.

Une douche, des vêtements propres et me voilà en exploration de la zone organisation. Les poles ont tous leurs tentes respectives. Sur chaque bivouac, c’est la même implantation des tentes concurrents et des tentes organisations (medical, logistique, PC sécurité, medias, etc..).

De façon à ce que tout le monde conserve ses repères.

Pour les tentes concurrents, l’organisation sait exactement où affecté chaque concurrent. Sauf demande exceptionnelle, les tentes ne changent pas et si c’est le cas, il faut toujours en avertir l’organisation par mesure de sécurité.

Je profite de la zone organisation pour boire une bière bien fraiche pour fêter cette aventure qui est sur le point de s’achever sous un magnifique coucher de soleil.

IMG_4528

Puis vais à la rencontre des différents secteurs pour échanger et en découvrir un peu plus sur leurs fonctionnements.

C’est incroyable la fidélité de ces bénévoles qui répondent présents chaque année et ce depuis plus de 30 ans pour certains. La majorité des bénévoles prévoit ses vacances en avril sur le MDS.

Un amour de l’événement, des équipes qui se retrouvent chaque année et se connaissent très bien à force.

Je suis admirative de cet engagement et de bonheur d’être ici, dans cette bulle de sable pendant 15 jours.

Côtés concurrents, certains reviennent aussi plusieurs années de suite.

En venant ici, je ne m’attendais pas à un telle bulle d’énergie positive et incroyable. Un partage et une convivialité hors du commun.

Le dernier diner est pris avant de reprendre le bus à minuit pour retourner à l’aeroport de Ouarzazate..

LUNDI : RETOUR A LA REALITE

Il est 5h quand nous arrivons à l’aeroport qui ouvre spécialement pour nous. A 9h20 nous décolons pour Casablanca pour un changement et arrivée à Orly dans l’après-midi.

IMG_2725

Moment difficile de dire aurevoir et de quitter le bivouac. Certains me disaient que j’allais être triste et frustrée de partir après la première étape.

Aujourd’hui, je suis RAVIE parce que je suis venue ici pour trouver des réponses, me confronter à moi-même encore une fois et vivre une nouvelle expérience.

Et surtout, je peux être CAPABLE… capable de m’habituer à dormir dans un bivouac, capable de prendre la poussière pendant plusieurs jours d’affilés, capable de gérer ma nourriture sur 6 étapes, capable de marcher et courir sur des centaines de km, capable de partager et rencontrer de nouvelles personnes formidables…

C’est ainsi que s’achève mon compte-rendu de ce voyage sur le 34 Marathon des Sables.

IMG_2724

 

Alors si l’envie de faire le marathon des Sables est là, renseignez-vous bien, testez-vous physiquement mais surtout demandez-vous intérieurement pourquoi vous avez envie de faire cette aventure et qu’est-ce qu’elle vous apportera une fois la médaille de FINISHER autour de votre cou ?!

« WE ONLY REGRET THE CHANGES WE DON’T TAKE »

IMG_2732.JPG